Mardi après-midi, après une matinée complètement folle chez Info Dimanche (le journalisme n’est pas un métier de pantouflard), j’ai eu besoin de me ressourcer, histoire de décrocher. Une semaine qui journalistiquement parlant – forte et riche en belles émotions – se terminait. Quoi de mieux que d’aller photographier en boisé… et pourquoi pas avec une amie!?  – Marie-Claude, drette là, as-tu du temps? [Cliquez pour agrandir les photos] Nous voilà donc au parc des Chutes. Un retour pour moi. Marie-Claude, y est où ton kodak? Marie-Claude, y est où ton trépied? Marie-Claude… Les couleurs du ciel s’estompent rapidement. Le temps nous manque. Tant pis, la jasette compense pour les couleurs. Pour le reste, il faut savoir s’adapter. Je fais un cadrage à l’aveugle (un filtre ND 400 est vissé sur l’objectif), le temps s’écoule vraiment rapidement, je ne veux pas perdre la couleur dans le nuage. Marie-Claude et moi avons repéré un secteur dégagé,  nous nous y installons. Sept minutes plus tard, j’obtiens l’effet souhaité du point de vue des couleurs, mais un un temps de pose plus long aurait été préférable. Encore une fois, on le voit, l’après-midi était déjà bien avancé. De jour, les résultats sont bien différents, les […]
Lire plus

Le vieux barrage de 1928

par François· décembre 10, 2013· dans Paysage· 10 commentaires
Lumières du soir, couleurs du soir et quelques poses lentes. Une courte marche au parc des Chutes de Rivière-du-Loup où les mots et la neige soufflent en rafale. Un murmure à l’esprit du promeneur, une poésie d’images. L’eau, le roc et la neige. L’eau s’écoulant entre temps et vent dans une rivière d’infini. [Cliquez sur les images pour les agrandir] Figer le temps filant entre mes doigts comme l’eau s’écoule dans la rivière. Donner à cette fuite, un instant d’infinité. Le paysage se suffit à lui-même alors que les ombres prennent vie, s’étirent et que les arbres murmurent au vent leurs souvenirs d’hier. La nuit gagne du terrain, la lumière s’étiole. Le vieux barrage de 1928 semble lentement s’effacer sous un ciel d’étain. La ville de Rivière-du-Loup est le plus ancien site de production d’énergie électrique au Bas-Saint-Laurent. Mais ça, c’était en un autre temps. Toutes les photos ont été prises dimanche soir à l’aide d’un Nikon D800E et une Nikkor 28-300 VR. Les temps de pose vont de deux minutes à plus de douze minutes.
Lire plus
Samedi, party de Noël d’Info Dimanche. Nadia est sur son trente-et-un, moi je… Je fais de mon mieux. De retour à la maison, une lueur verte au large du fleuve (Rivière-du-Loup) m’a rappelé une série de SMS d’amis me demandant plus tôt s’il n’y avait pas des aurores dans la région. Le ciel était dégagé, une première en plus d’une semaine. Aurores il y a avait bien. Cliquez sur les images pour les agrandir. Pour l’ami Jean qui se demande si une 19-35 est suffisante pour photographier les aurores, les trois photos suivantes ont été prises à 85mm (Nikkor 85f1.8 G). Les photos suivantes ont été prises à 35mm (Sigma 35f1.4 ART) Et un merci tout spécial à Marie-Claude, le cache-oreilles « oursons » offert en cadeau a été bien utile. Cette photo a été prise à une focale de 24mm (Nikkor 24f2.8 AF-D).
Lire plus
Qui ne connait pas Flipper le dauphin ? Flipper, un grand dauphin, héros du petit écran dans les années soixante (et en reprise dans les années soixante-dix) était en réalité une dauphine, eh oui ! Flipper s’appelait en fait Kathy (mais aussi Susie, Patty, Scotty et Squirt, les autres interprètes du héros delphinidae). Bref, voici mon Flipper. Un grand dauphin, que l’on appelle communément dauphin à gros nez (Wikipédia). Vous noterez que question nez, ou pif, Cyrano de Bergerac n’a qu’à bien se tenir. Un nez qui, regardez bien, pousse ! Voilà, vous avez compris (comment, depuis la première photo? Zoom a la crème des lecteurs !). Bref, cette sculpture en est une de glace et s’est sculptée à la verticale. Un petit glaçon, à peine moins gros que mon petit doigt, pendu au bout de la corniche de notre entrée et qui a attiré mon attention. Plouc sur la tête. Je me suis étiré, sur la pointe des pieds. « Hé, on dirait un dauphin! » Clic. Je tiens à préciser que je ne consomme aucune drogue, au cas où… De la première à la dernière photographie, environ cinq minutes se sont écoulées. C’est ainsi que j’ai rompu mon syndrome […]
Lire plus
Lundi, dernière journée de congé. Principe de Murphy oblige, la température est exécrable et j’ai la grippe (pas d’homme, mais de Nadia). Mais je refuse de rester assis à regarder tourner les aiguilles de ma montre. Je quitte donc la chaleur de la maison pour me risquer sur les routes enneigées. Plutôt que d’opter pour le D800E comme compagnon, je lui ai préféré le petit Nikon 1 V1 et la Nikkor 10-30. Plus léger, discret et facile à glisser sous le manteau pour être à l’abri des intempéries. La passion n’a que faire de quelques flocons. Parlez-en à ces pêcheurs du quai Narcisse à Rivière-du-Loup… au photographe aussi.
Lire plus
J’aime les paysages d’ambiance. Mais en photographier un lorsque le ciel est nuageux et surtout sans contraste, est ordinairement aussi peu inspirant que propice à ce type de photo. Mais avec un brin d’acharnement, rien n’est impossible. Pour la première photo, j’ai souhaité donner un cachet ancien, mais aussi apporter une touche dramatique au paysage. Au moment de la prise de vue, j’avais une teinte sépia (à l’ancienne) en tête. Lightroom m’a donné raison. La seule modification est l’apport d’un brin de luminosité et une accentuation à l’export de la photo. Pour la deuxième photo, je ne sais pas à quoi est dû ce halo aussi lumineux que décentré. Aucun effet de vignettage n’a été ajouté. Après quelques minutes sur place, j’ai remarqué une luminosité plus forte à ma gauche, sur la glace (notez que sur la première photo il est plutôt à droite). J’ai eu la bonne idée de visser un filtre à densité gris-neutre en espérant souligner l’effet. Je ne croyais pas si bien faire. De ces trois photos, seule la première a été modifiée au niveau de la colorimétrie. La teinte bleue de la seconde est due à l’utilisation d’un filtre gris. Maintenant vous le savez, la […]
Lire plus
Pour le mon plaisir, je vous présente une partie du mois de novembre en image, tel que vue par mes lentilles. Les photos signées ont été prises avec un Nikon D800E et celles non signées avec le Nikon D7100 et 18-300 d’Info Dimanche. Des vents violents et des arbres. Des opérations policières. Une parade de Noël. Et son Père-Noël. Un incendie 11 novembre, rue Lionel-Chalifour à Rivière-du-Loup. Un second incendie majeur (photo de une) 14 novembre, rue Villeray à Rivière-du-Loup. Une simulation de déversement. Des vilains et la justice. Une perquisition de la CCQ (quelqu’un pourrait allumer la lumière?). Mais il m’est impossible de terminer sans vous parler de deux amis,  parce que ça a tout de même occupé une – bonne – partie de mon mois, voici l’École de boxe olympique de Rivière-du-Loup (EBORDL) qui a inauguré le 28 novembre dernier son tout nouveau gym. EBORDL. 7 novembre 14 novembre Et le 28 novembre (une photo de l’excellent Patric Nadeau). Marie-Claude (une inconditionnelle du blogue et excellente photographe), Mathieu (propriétaire, boxeur et entraîneur) et un affreux barbu (votre humble serviteur). Pour la barbe, mettons les choses au clair. En octobre dernier, Nadia m’a demandé si je participais au Movember, comme […]
Lire plus
Zoom Le Blogue s’est fait silencieux au cours des derniers jours. Une situation regrettable et imputable à un horaire un peu fou. En plus d’un mois de novembre délirant, nous avions quelques projets au four depuis la mi-octobre. Des projets maintenant complétés. Mieux, j’ai (François) quatre jours de congé, les premiers depuis le 15 octobre. C’est le temps de flâner… et de photographier ! Parlant de flânage, l’un des beaux projets de Zoom Communication & Photographie a justement été la réalisation du catalogue Les Flâneurs 2 de l’exposition Immortaliser l’instant, camoufler le temps, du collectif Voir à l’Est. Un travail impeccable de Nadia. Les Flâneurs 2 Immortaliser l’instant, camoufler le temps est une exposition du collectif Voir à l’Est (cliquez pour agrandir l’image). Pour mettre la main sur un catalogue, il suffit d’acheter l’un des 150 billets vendus au cout de 20 $ pour courir la chance d’en remporter un, mais plus encore, de gagner l’une des oeuvres exposées dans le cadre de la nouvelle exposition Entre-Temps située dans le hall supérieur du Centre culturel de Rivière-du-Loup du 21 novembre au 23 janvier 2014. Parmi les autres prix, la première édition du catalogue (on préfère tout de même la deuxième) en plus d’être […]
Lire plus
Comme pour cette petite abeille d’octobre, c’est le retour au travail aujourd’hui pour Zoom Communication & Photographie. Mais pour elles, et plus particulièrement pour cette petite-là, il s’agit des derniers moments de sortie de l’année. Les derniers pollens. Engourdie malgré le chaud rayon de soleil balayant la cour arrière, cette jeune abeille lentement, mais surement s’est acquittée de sa tâche. Alors que le nid (ou la ruche) glisse vers une longue hibernation que le jour n’est plus que l’ombre de la nuit, elle travaille encore. Je l’ai suivi un moment. Un moment d’éternité, fragile, soudainement balayé par un vent froid d’automne. Elle s’est envolée, rejoindre son nid, rejoindre la grappe où avec les siennes, elle passera l’hiver. Cet été, je n’étais pas entiché par cette plante qui se refusait de fleurir. Maintenant, je sais. C’est pour les abeilles d’automne. Vous ai-je écrit combien j’aime cette fleur? * Toutes les photos ont été prises au Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 1600, f9, 1/250s, main levée
Lire plus
Après une guerre sans merci, l’équipe de Zoom Communication & Photographie est finalement tombée au combat. Un virus d’automne – ou pas – a d’abord eu raison de la relève, mais voilà que l’équipe dirigeante cède sous les attaques répétées de maux de ventre, sinusites et de migraines. Ça tombe comme des mouches feuilles d’automne! On se retrouve sous peu… atchoum!
Lire plus