De retour à Winter Harbor – mais étions-nous seulement partis ? – sous la bruine, le vent, et les vagues. Le ciel et la mer se cherchent, s’appellent et quelque part entre ciel et mer, se trouvent. (Cliquez pour agrandir) Le matériel et le photographe sont trempés, transis de froid.  (Cliquez pour agrandir) Pourtant, il n’est pas question de se mettre à l’abri. Quand le quotidien est fait de longues heures de bureau, d’accidents, d’incendies, de téléphones hurlant l’urgence du moment, ce moment de liberté se savoure jusqu’à la dernière… « goutte ». (Cliquez pour agrandir) L’eau se dépose sur la pierre comme un baisé, la vague la balaie comme la main dans les cheveux. (Cliquez pour agrandir) Il faut sortir, explorer, oser, prendre son temps et ne pas avoir peur de se mouiller. La photographie est une part de l’aventure, elle est son regard. Elle est le récit de vos yeux. L’inverse est un poète à la recherche d’une rime, la poésie est ailleurs. (Cliquez pour agrandir) Toutes les photos ont été prises au Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8-4. La suite, La Magie de Winter Harbor (3e partie) est ICI http://www.zoomcommunication.net/la-magie-de-winter-harbor-3e-partie/   >> La Magie de Winter Harbor (1ère partie) […]
Lire plus