On entend souvent dire qu’un boîtier comme le D800E (ou le 5DmkIII) ne mérite que ce qui se fait de mieux en matière d’objectif. Selon plusieurs « experts », il faut éviter comme la peste les zooms à fortes amplitudes, que le piqué et la qualité générale ne sont pas au rendez-vous. M’enfin, certains experts prétendent aussi que l’homme n’a jamais mis les pieds sur la lune et qu’Elvis est bien vivant. Même au prise par un vilain virus, on trouve la force de sourire. Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 100, f5.6, 55mm, main levée Pour les nikonistes, l’incarnation même du zoom à tout faire à avoir sur boîtier FX (plein format) est le 28-300 VR. Pas de test, quelques photos prises un dimanche après-midi, lors d’une courte marche où Zoom Communication & Photographie, frappé par un virus, s’est échappé quarante petites minutes sur le chemin de rivière-des-vases à Cacouna. Une petite pose histoire de se reposer, la forme, contrairement à la bonne humeur n’est pas au rendez-vous. Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 100, f5,6, 78mm, main levée Toutes les photos ont été prises entre 16 h et 16 h 40. Si la lentille ne vaut pas, en […]
Lire plus
Lundi, je vous ai parlé de la réserve de Parke. L’endroit m’intriguait. Par un ami, je savais l’endroit riche de par sa flore et sa faune. À ma première visite, un couple de méseangeai du Canada, un oiseau que j’observais pour la première fois. Malheureusement, le couple D7100 et Sigma 120-400 ne m’a pas permis d’en photographier. Mais quelques jours plus tard, avec un nikkor 28-300 VR dans la besace, la réserve allait se montrer bien généreuse. Rapidement, le 17-35 a été remplacé par la Nikkor 28-300 VR. Lac Marais, Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 200, 300mm, f5,6. Le Mésangeai du Canada, que certains appellent geais gris de part son nom anglais (grey jay), est présent en grand nombre dans la réserve. Alors que j’ai écumé les terres du marais de Cacouna, celui de L’Isle-Verte, le parc du Bic, le parc Frontenac, les archipels Mingan, la Gaspésie, une partie du Maine, New-York (!) et le nord de Saint-Ludger-de-Minot (re-!!)… il manquait à ma culture. Surnommé la « Pie », d’aucuns diront que nous sommes fait pour aller ensemble. Par contre, le Mésangeai l’a mérité non pas parce qu’il jacasse beaucoup, mais pour sa capacité à vous chiper une partie […]
Lire plus
J’ai découvert la Réserve de Parke il y a quelques jours. Située dans la MRC de Kamouraska, plus précisément au sud de Saint-Alexandre-de-Kamouraska dans le territoire non organisé de Picard, la réserve est un véritable petit joyau! Coup de coeur pour le lac Marais (grande photo) et ses installations. Certes, ce n’est pas le lac Témiscouata, mais le calme des lieux rend l’endroit magique, même en plein après-midi. Sentiers, lacs, faune et flore, tout y est. Le lac de Parke est celui par lequel tout débute. De la route 289, à quelques kilomètres au sud du lac Morin, on se dirige à l’Ouest sur la route de la Réserve de Parke. On débouche alors sur l’Auberge Quatre Saisons, située face au lac de Parke. De là, il est possible d’emprunter plusieurs sentiers, certains faisant le tour de ce premier lac, d’autres nous menant plus au sud, ou encore, au lac Marais un peu plus au Nord-Est. Dimanche, j’étais de retour dans le secteur du lac Marais pour y observer la Mésangeai du Canada (photos à venir), peu farouche, ainsi que pour quelques Geais bleus plus timides ceux-là. La tranquillité des lieux, seulement brisée par un groupe de malheureux quadistes sans […]
Lire plus
J’aime quand la photo est créative. Quand elle est suggestive aussi. Je n’y consacre malheureusement que trop peu de temps. La faute à un horaire chargé et parfois, à un manque d’inspiration. Cette fois, l’inspiration m’est venue des grands peintres impressionnistes. Monet et ses jardins,  Turner aussi. Un mardi après-midi de congé m’a permis de procéder à quelques essais que je présente ici sans prétention. Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8-4 DG EX, 17mm Pourquoi ce flou? Ce n’est pas flou, c’est du mouvement! Et parce qu’à une époque où l’on paie plus de 1 000$ pour une focale fixe à grande ouverture (ma Sigma 35f1.4 ART par exemple) principalement pour une question de piqué, je trouve important de rappeler que le piqué n’est pas tout. Et puis, c’est une démarche un peu égoïste, d’ailleurs, je ne dévoile pas les exifs complets (à vous de trouver!). Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8-4 DG EX, 17mm J’étais à m’appliquer pour un cadrage bien précis. Je soignais ma prise de vue, j’avais déjà fixé mes réglages boîtier – ouverture, vitesse, ISO – quand, à la retouche du point… Le doute. Bah, derrière l’écran, le paysage paraîtra un peu banal, c’est moi qui tripe, c’est […]
Lire plus
C’est avec un « malin » plaisir que toute l’équipe de Zoom Communication & Photographie vous souhaite un bon lundi. Enfin, presque toute l’équipe… » Glup! Dexter peut aller se rhabiller. Ah, mais ça, c’est mon coco! ♥ Nikon D800E + Nikkor 50f1.8 G F-S, ISO 200, f1,4, 1/400s, main levée Franchement, il me plait de plus en plus ce petit Nikkor 50f1.4 G. La lentille présente un bon piqué dès la pleine ouverture et un bokeh très doux, avec peu de déformation. Pour ce genre de photos d’ambiance, je le préfère au Sigma 35f1.4 ART. Je craignais qu’il fasse un peu doublon – pas le coco, mais l’objectif  – coincé entre la Sigma 35f1.4 et la Nikkor 85f1.8 G, mais non. Il a trouvé sa niche, son style. Sa mise au point rapprochée de 45 centimètres et sa grande ouverture de f1.4 en font une lentille versatile avec laquelle il est plaisant de jouer avec la très courte profondeur de champ. Quant à celles et ceux qui pourraient être inquiets des gros yeux de notre coco, sachez que c’est d’un naturel chez lui… Et depuis longtemps! Comme quoi, pour certains, c’est lundi tous les jours. Une farce plate de papi, […]
Lire plus
Le billet de mercredi, un sujet fumant, l’un des plus consultés de l’histoire du blogue, nous a valu quelques questions. Une plus que toute autre a attiré mon attention. « Oui, mais si je n’ai pas de flash, je fais quoi ? » La réponse semble facile, mais encore faut-il l’avoir expérimenté. Nikon D800E + 105f2,8 VR, ISO 1600, f6,3, 1/100s, trépied et déclencheur Regardez les exifs ci-haut. Que remarquez-vous comparé à ceux de mercredi? Ah, mais oui, il faut suivre quand même, allez, un petit effort. Les ISO sont passées de 100 à 1600 et parfois même 3200! Oui, voilà. Sans lumière, pas de photo. Mais grâce aux prouesses de nos capteurs, nous sommes à même de mieux l’exploiter. Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 1600, f6,3, 1/100s À défaut de flash, je me suis donc tourné vers deux puissantes lampes dont je peux diriger le faisceau, deux lampes de mécanicien. Je les ai placées de chaque côté de mon bâton d’encens, de façon à bien modeler ma fumée, en prenant bien garde à ne pas éclairer directement le fond. Ici, une puissante lampe frontale a été ajoutée. Nikon D800E, ISO 1600… et un monstre  Mes deux torches étant […]
Lire plus
J’aime les photos abstraites. Les plus réguliers de ce blogue le savent bien. J’aime jouer avec les formes et les couleurs. Mais paradoxalement, je n’avais jamais tenté de photographier des volutes de fumée. C’est maintenant chose faite avec cette première expérimentation. Je vous présente mes premières résultats, obtenus lors de deux séances photos. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160s, trépied et déclencheur La fumée, je connais, mes sinus aussi. Ma présence répétée à près d’une centaine d’incendies dont une vingtaine que je considère comme majeurs, et frôlant parfois l’apocalypse m’a complètement bousillé les sinus, des dommages permanents. Les risques du métier. J’ai donc photographié, immortalisé et respiré beaucoup de fumée. Mais de la fumée qui ne provient pas d’un incendie, jamais. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160, trépied et déclencheur Le matériel est tout simple. Une pièce où vous pourrez contrôler toute la lumière, un appareil photo, de type reflex ou mirorless, un fond noir, de l’encens, un flash et une petite lampe torche ou frontale. C’est ensuite que votre compréhension de la lumière entre en jeu. Positionner votre flash de face viendra éclairer votre arrière-plan, c’est donc une mauvaise idée. Vous le […]
Lire plus
Avant l’heure bleue, il y a parfois des ciels de feu. La réputation des couchers de soleil de Rivière-du-Loup n’est plus à faire. Photo prise de la rue Fraser. Décidément, j’aime beaucoup ce petit Nikon 1 V1. Petit, léger, et ultra-performant. Bon lundi, et bonne photo d’automne!
Lire plus
En photographie plus qu’en tout autre domaine, l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt… ou se couchent tard. Il en va de la qualité de la lumière à la disponibilité des sujets, sans oublier l’affluence que connaissent certains sites. La photo animalière ne fait pas exception. En début de journée comme en fin de journée, la faune est d’ordinaire plus calme, plus disposée à laisser le photographe manoeuvrer. Photo prise en fin d’après-midi, mois de septembre. Nikon D800E + Sigma 120-400, ISO 400, 400mm, f8, 1/400s, monopod Mieux, l’heure dorée (nous en parlions ICI) ajoutera à la dynamique de la photo. Les tons chauds donneront une teinte plus agréable à une scène ornithologique qu’une photo prise alors que le soleil est à son zénith. Attention, si en paysage ou lorsque le sujet est statique, cette lumière plus douce et diffuse ne posera pas de problèmes, figer le mouvement d’un oiseau devient plus difficile et il vous faudra mettre à contributions vos hauts ISO. Nikon D300 + Sigma 120-400, main levée Aussi, soyez prudent lors de vos sorties en période de chasse. À défaut de revêtir un dossard orange, portez des vêtements voyants afin que les chasseurs ne vous confondent pas […]
Lire plus
À la demande générale, et plus particulièrement pour l’ami Oz, voici Cap-aux-Os à l’heure dorée. Le village est enclavé dans le magnifique Parc Forillon. On aperçoit ici la petite, mais charmante, plage de Cap-aux-Os. En ce qui nous concerne, il s’agit d’un arrêt obligatoire lors de notre passage annuel en Gaspésie. L’heure dorée en quelques minutes et dans tout ses états.  Le village situé dans la baie de Gaspé compte environ 1 000 résidents, mais lors des pointes touristiques, il double pratiquement de population. Il est aujourd’hui annexé à la Ville de Gaspé. Le village tient son nom du grand nombre d’ossements de baleine qui se trouvait sur ses berges. L’heure dorée cède doucement place à l’heure bleue. Cliquez sur l’image pour l’agrandir. Derrière la pointe de terre se trouve Fontenelle, un des sites les plus populaires du Parc.
Lire plus