En avril ne te découvre par d’un fil. Oui maman! Et hop, dès qu’elle avait le dos tourné, je dézippais mon manteau et retirais mon culotton d’hiver. Non, mais! Avril, pour l’amateur de paysage, marque aussi le retour à la liberté. Terminé le froid glacial, vive les couleurs chaudes des périodes plus clémentes de l’hémisphère nord. L’orage d’hier soir en est un autre indice, le printemps est bien installé. Cap-Chat, avril 2012. [Nikon D300 + Nikkor 50f1.8 G, ISO 200, f11, 1/400s, recadrée] Avril, après la grisaille du mois de mars, marque donc le retour des températures au-dessus de zéro Celsius. Pour le photographe de paysage, c’est le bonheur. Fini les doigts et les oreilles gelés. On peut enfin cadrer sans penser au facteur d’hypothermie. Cap-Chat, avril 2012. [Nikon D300 + Nikkor 50f1.8 G, ISO 200, f4, 1/80s, recadrée] En avril… ne te découvre peut-être pas d’un fil, mais sors photographier!
Lire plus
Dimanche 6 avril. Sinusite et bronchite sont au menu. En fait de menu, j’ai déjà connu plus appétissant. Histoire de me changer les idées, je prends la route. Une ballade en solitaire, histoire de me changer d’humeur. D800E et Tamron 19-35 seront de la partie, des fois que… Voici donc le troisième volet de ma série sur l’ultra grand-angle. Pour ceux qui ont suivi, l’ordre de présentation est antichronologique, c’est-à-dire du plus récent au moins récent. Cap sur la rue du Quai-Narcisse à Rivière-du-Loup. Quai Narcisse, Rivière-du-Loup, 6 avril 2013. [Nikon D800E + Tamron 19-35, ISO 100, 21mm, f5, 1/400] Le nom rue du Quai-Narcisse a été officialisé en 1999, le nom associé au quai Narcisse était en usage depuis longtemps. Narcisse-Georges Pelletier fut, entre 1889 et 1896, le maître d’œuvre de la construction de tous les édifices de la Pointe de Rivière-du-Loup, en plus d’être maire de Fraserville de 1888 à 1894. Le quai Narcisse s’est déjà appelé Quai Pouliot et Quai Jean-François-Pouliot. – Source : Commission de toponymie du Québec. Pêcheur au quai Narcisse, 6 avril 2013. [Nikon D800E + Tamron 19-35, ISO 100, 35mm, f5, 1/500] Chassez le naturel, il revient au galop. Me revoilà, en deux […]
Lire plus
Deuxième série à l’ultra grand-angle. Cette-fois, c’est Gros-Cacouna et l’un de ses marais qui s’est retrouvé face à ma lentille. Une exploration, non pas de la technique, mais de ma capacité à cadrer UGA. Pluie, bruine… et grand plaisir. Défi : ne pas dépasser les 24mm. Tourelle d’observation avec la relève de Zoom Communication & Photographie, Cacouna, avril 2013. [Nikon D800 + Tamron, ISO 100, 24mm, f6,3, 1/160s] Le temps n’est pas à l’Art, mais au jeu avec les enfants avec une Tamron 19-35 quelque part au centre. Il y a quelque chose de grisant à vaincre l’adversité, ne serait-ce que prendre le dessus sur une température de m…! Quant à l’UGA, il donne un relief aux éléments placés à l’avant-plan. Marais sous la glace, Cacouna, avril 2013. [Nikon D800E + Tamron 19-35, ISO 100, 19mm, f8, 1/250s] Beaucoup d’éléments entrent dans un cadre de 19mm, on perd passablement de détails, mais on gagne en ambiance. L’utilisation d’une telle lentille est, pour moi, synonyme d’approche ludique, graphiquement amusante, mais qui peut rapidement devenir lassante. Si elle permet d’obtenir des paysages panoramiques, je ne peux m’empêcher de m’y sentir à l’étroit. Cela vous semble paradoxal? Tourelle d’observation, Cacouna, avril 2013. [Nikon D800E + Tamron […]
Lire plus
Saint-André est certainement l’un de mes villages préférés au KRTB. Pour ses aboiteaux, son fleuve, ses monadnocks et ses vieilles bâtisses, le village de 673 âmes mérite que tout photographe s’y attarde. Véritable terrain de jeu pour Zoom Communication & Photographie, vous verrez au fil de ce blogue nombre de photos prises à Saint-André. La maison Michaud, Saint-André, MRC de Kamouraska, 7 avril. [Nikon D800E + Tamron 19-35, ISO 100, 19mm, f10, 1/40s] Dimanche, c’est la maison Michaud, située à l’est du village, qui a capté l’attention de ma lentille Tamron 19-35. G. Michaud et Fils St-André, Spécialité Pommes de Terre. Une journée de grisaille qui ajoute à l’atmosphère qui se dégage de la bâtisse abandonnée.
Lire plus
C’est la relâche! Nadia part aujourd’hui (lundi 4 mars) pour Paris et Nantes. Deux semaines en France (la chanceuse!) dans le cadre d’un voyage de formation avec des étudiants. De son côté, la relève de Zoom passera quelques jours chez mamie et papi (les chanceux?). Du coup, François… j’entends bien m’offrir quelques jours de vacances, un premier ce lundi et un deuxième vendredi. Vous serez sages chez mamie et papi? Février 2013 [Nikon D800E +35f2, ISO 100, f3,2, 1/80s, main levée] Mettre la switch à off. Zoom le blogue vous proposera quelques billets pendant cette période, mais avec moins de régularité qu’en temps normal. Toute l’équipe de Zoom Communication et Photographie vous souhaite donc une bonne semaine de relâche et vous retrouvera à compter du lundi 18 mars prochain. D’ici là… on va dépoussiérer un certain papier. Juin 2009 (!) [Nikon D300 + 16-85 VR, ISO 200, 25mm, f4, main levée]
Lire plus
Jeudi soir, veille de tempête. Les flocons tombent d’un ciel noir et menaçant. Une chevauchée nordique me ramène à un arbre qui, hier, a happé mon attention. Le vent souffle. Une neige vierge et immaculée recouvre la chaussée. Celle qui n’a pas encore atteint le sol voile le visage du Portage. Les éléments pour une photographie de type paysage onirique sont en place. Le photographe s’éveille. L’arbre, avec cette fois le village de Notre-Dame-du-Portage en arrière-plan, février 2013. [Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 100, 42m, f8, 30s, trépied] Les chutes de neige et une vitesse d’obturation lente font disparaître le mouvement des flocons. Une vitesse lente, de 1/30 à 1/4 de seconde aurait créée des traînées floues. Le choix d’une très lente vitesse fait en sorte de faire disparaître les flocons, mais aussi, et surtout, d’adoucir le paysage. On obtient alors un résultat éthéré et vaporeux, les couleurs sont atténuées,  donnant du même coup une impression de brouillard. Si les précipitations s’étaient avérées plus intenses, le résultat en aurait été plus… impressionniste. Les flocons agissent comme un voile sur les montagnes de Charlevoix, février 2013. [Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 200, 28mm, f8, 30s, trépied] Vous devez prendre en […]
Lire plus
Le temps me manque. Entre le travail, les contrats, les obligations familiales et l’envie de passer du temps avec ladite famille, je n’ai guère le temps de m’adonner (dans mon cas «m’abandonner» serait plus juste) à la photographie. Quand ces périodes surviennent, un de mes antidotes est la route de la Mer à Notre-Dame-du-Portage. En moins de cinq minutes, j’ai accès au fleuve, à de nombreuses vues panoramiques. L’entrée Est (photo ci-bas) est un de ces endroits que j’affectionne particulièrement. [Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 400, 35mm, f8, 1/250s, main levée] Le village, pittoresque à ses heures, est long de près d’une dizaine de kilomètres. Tout au long, les panoramas avec les montagnes de Charlevoix constituent des scènes de vues imprenables pour le photographe paysagiste, principalement lorsque le soleil vient y terminer sa longue course. [Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 400, 52mm, f10, 1/60s, main levée] Pour une fois que le ciel se montrait généreux dans ses couleurs, mon attention s’est portée vers le fleuve, vers le nord. Le village n’a qu’à bien se tenir. Comme le disait l’increvable Arnold, i’ll be back! [Nikon D800E +28-300 VR, ISO 100, 105mm, f13, 1/25s, main levée] Les photos ont été […]
Lire plus
Le monde de l’infiniment petit est fascinant. Déjà, tout petit, je passais des heures l’oeil collé au microscope à contempler une simple pelure d’oignon. Aujourd’hui, l’objectif macro remplace le microscope. J’ai eu mon premier objectif macro – 100 f2.8 – à l’époque où j’étais chez les rouges (Canon 30D et 40D). À mon passage chez Nikon, c’est la Sigma 105 f2.8 qui a retenu mon attention avec un rapport qualité prix incroyable. Une fleur de glace, de la grosseur d’une pointe de stylo bille, février 2013. [Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 800, f16, 1/60s, trépied] Lors de mon passage au D800E, j’ai effectué l’inventaire de mes lentilles et de l’utilisation que j’en faisais. La Sigma 105 était mon objectif le moins utilisé. Pas à mon goût pour le portrait, et une utilisation rarissime en macro alors qu’il s’était avéré particulièrement efficace. Je l’ai donc vendu à rabais. Avec le passage au plein format, qui plus est de 36 mpx, ma vision de photographe s’est affinée. J’ai lentement délaissé la photo plus sportive – d’ailleurs j’ai vendu la 80-200 f2.8 vendredi dernier – pour un type de photographie plus posé, plus réfléchi, ce qui m’a ramené tout droit à la macro. Un […]
Lire plus
Journée de paperasserie au boulot. Tout ce temps, mon D800E posé face à mon bureau m’a regardé de son gros oeil de cyclope. Le genre de regard lourd de reproches. Comment, pas de photo aujourd’hui!?! Puis, vers 16 h 45, le tic tac de l’horloge a semblé suspendre son marathon éternel. Tic-tac, tic… Il ne m’en fallait pas plus. [Nikon D800E + 85f1.8 G] Puis, quelques minutes plus tard, plus à l’ouest, à Notre-Dame-du-Portage. [Nikon D800E + 85f1.8G] Rassasié? Non, je ne le serai jamais. Pour moi, la photo n’est pas une longue liste de cases à cocher. Check! D’ailleurs en arrivant à la maison, en respirant l’air frais et avouons-le en regrettant n’avoir pas eu plus de temps pour rester sur les rives du fleuve, mon ombre a trahi la présence d’une lune lumineuse. Clic. [Nikon D800E + Sigma 120-400 OS] Bon weekend, soyez prudent sur les routes et gardez l’oeil ouvert.
Lire plus
Un ciel obscur mercredi, soir de tempête. Près de 40 centimètres de neige sont tombés dans la journée. Alors que l’hiver revêt à nouveau son manteau blanc, la rivière résiste. Rivière du loup, février 2013 [Nikon D800E + 28-300, ISO 100, 28mm, f13, 2s, trépied] Comme l’encre renversée sur une feuille immaculée, la rivière s’étiole au fil de l’eau jusqu’aux racines du fleuve. Le ciel obscur s’avoue vaincu face à l’heure bleue. Le noir bleuit, le photographe respire une photographie qui tarde à s’imprégner, dans l’esprit comme sur le capteur. Le cellulaire résonne, le quotidien reprend ses droits sur ce trop bref moment d’éternité. Heure bleue, février 2013. [Nikon D800E +28-300 VR, ISO 50, 35mm, f25, 25s, trépied] Une journée de tempête où petits, dispensés d’école, et de grands, les yeux noyés dans une rivière de satin noir, y auront trouvé leur bonheur. Si l’hiver est synonyme de conditions routières difficiles, de déneigement, de froid et j’en passe, reste que l’hiver… c’est l’fun! Pelleter avec le sourire, vive les enfants! Février 2013. [Nikon D5100 + 18-200 VRII, ISO 400, 70mm, f5,6, 1/800s, main levée]
Lire plus