En photographie, il existe plusieurs heures dites magiques. L’une d’elles, l’heure bleue, a déjà fait l’objet d’un billet – ou deux – sur le blogue. Mais un peu avant l’heure bleue de fin de journée (et un peu après celle de l’aube), il y en a une, qui, à l’automne est toute indiquée : la Golden hour. Cap-aux-Os, Gaspésie, l’heure dorée avant l’heure bleue. L’heure dorée est un terme désigné pour identifier la lumière diffuse, chaude et douce, du matin et du soir. Et parce qu’à ces deux occasions le soleil est plus près de l’horizon, les ombres sont aussi plus douces et plus longues. À l’automne, vous aurez en prime une saturation naturelle de vos feuilles d’arbres. La Golden hour, malgré la teinte bleue de la photo, s’observe sur les petites embarcations ainsi que les pilotis. C’est cette petite touche qui crée cette ambiance. Southwest Harbor. Nikon D800E + Sigma 17-35 Avec la Golden hour la lumière est plus dense qu’à l’heure bleue. Elle offre donc certaines possibilités. Voici deux exemples où la relève de Zoom a été mise à contribution. Les deux photos ont été prises en contre-jour et sans flash (histoire de tirer tout le jus de la […]
Lire plus
Que ce soit à Rivière-du-Loup, Trois-Pistoles, Rimouski ou qu’il s’agisse du Marché Jean-Talon à Montréal, les marchés publics sont des lieux de prédilection non seulement pour les amateurs de bonne bouffe, mais aussi pour les photographes. Donnez du piquant… à vos photos! C’est un festival de couleurs avant le temps. Et en ce début d’automne, lorsque les producteurs ouvrent leurs étoles (voir la grande photo), les couleurs mettent en valeur ces produits du terroir, ces fruits de la récolte. Les marchés en plein air sont ceux qui vous permettront de profiter au mieux de cette lumière d’automne, plus diffuse, plus chaude. N’hésitez pas à inclure des gens. À défaut d’obtenir leur autorisation, cadrez différemment. N’hésitez pas, non plus, à vous rapprocher, à cadrer plus serré que je ne l’ai fait lors de ma plus récente visite au Marché Jean-Talon histoire de mettre à l’épreuve ma Nikkor 24f2.8. Nikon D800E + Nikkor 24f2.8 AF-D, ISO 400, f5, 1/40s, main levée La saison des récoltes fait en sorte qu’au mois de septembre, les comptoirs de producteurs regorgent de produits. Les fruits et légumes frais sont autant de feuillage multicolore avant le temps. Pommes, piments, carottes, et j’en passe, remplacent à merveille les […]
Lire plus
L’automne est une circonstance aggravante. Ça ne vient pas de moi, mais d’un extrait du Raptus, de Diane Meur. Je ne suis donc pas le seul à voir arriver l’automne avec une certaine langueur. Les jours raccourcissent (rassurez-vous, il y a toujours 24 heures dans mes journées), les températures chutent et… mon moral aussi. Golden hour. Nikon D800E + Sigma 17-35 EX DGf2.8-4, ISO 100, 35mm, f4,5, 1/50s, main levée Pourtant, tout n’est pas triste. Pour faire contre mauvaise fortune bon coeur, je dirais même que septembre est à l’automne ce que le mois de mai est au printemps. La lumière change, elle se réchauffe. Pour tout amateur de photographie et de plein air, il faut savoir en profiter, principalement lorsque le soleil est bas. Certains sujets s’y prêteront mieux que d’autres… L’automne, n’est pas une fatalité pour le photographe. Bien au contraire, les occasions de « belles lumières », sans parler du bleu du ciel de septembre et d’octobre, seront légion. Avant même que ne s’amorce le « festival des couleurs », les occasions de bonnes photos seront maintes fois présentes. Un de mes coups de coeur… dans le prochain billet.
Lire plus
On croit, à tort, que les chenilles naissent au printemps et se métamorphosent rapidement en papillon durant l’été. En fait, pour nombre d’entre elles, cette transformation de la larve à la chenille puis à la chrysalide et finalement jusqu’à la première envolée du papillon, il s’écoulera une année! Il n’est donc pas rare de trouver à ce temps-ci de l’année de belles et dodues chenilles. L’automne approche et elles devront se fixer et former leur cocon avant l’arrivée des premières neiges. D’ici là, c’est le dernier sprint dans une course effrénée à la nourriture. Et c’est pendant la saison froide, lentement mais surement, qu’elles effectueront leur transformation. Rivière-du-Loup, 3 septembre, 17 h 30. [Nikon D800E +Nikkor 105f2.8 VR, ISO 800, f6,3, 1/200s, main levée] De ces chrysalides émergeront des papillons, qui pondront dès le printemps venu des larves de chenilles sur les jeunes feuilles et plantes. Ainsi va le cycle de la vie dans le monde des chenilles. L’automne s’annonce donc une belle saison pour les amateurs de photo macro et de chenilles. Elles sont présentes, bien visibles à s’empiffrer. Dans le cas présenté ici, une chenille sur une marguerite, elle fut déposée là par une petite fée de huit […]
Lire plus
Les Perséides sont souvent confondues avec une pluie d’astéroïdes. Mais dans les faits, ces « étoiles filantes » sont des poussières laissées lors du passage de la comète Swift-Tuttle. Des poussières de comète, une poésie stellaire. La Voie lactée, deux filés, L’Isle-Verte. [Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8-4 DG EX, ISO 3 200, f2.8, 30sec, appareil posé sur le toit de la voiture] Lundi soir, avec l’ami Patric Nadeau, un jeune photographe bourré de talent, nous nous sommes lancés à la recherche d’un site où la pollution lumineuse serait à son minimum. Encore une fois, c’est L’Isle-Verte qui s’est montrée accueillante. L’Île-Verte vue de L’Isle-Verte. [Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8 DG EX, ISO 4 000, f2.8, 25 sec, trépied] La première photo, sauf erreur, a été prise sur une terre de la ferme Benovan. Malheureusement, la majorité des Perséides étaient observables vers le nord. Après quelques essais, le ciel est demeuré vierge de tout filé. Le site de l’héliport s’est alors avéré plus fructueux, malgré la présence de nuages et de brouillard (!) qui ont mis fin à la sortie photo. À 2 h du matin… Les Perséides étaient bien là, mais rarement où l’on cadrait. N’empêche, ce fut un bon […]
Lire plus
Terminées les vacances pour moi, retour au travail ce matin. Double remplacement chez Info Dimanche (rédacteur en chef et édimestre) pour les 14 prochains jours, et c’est sans compter la reprise des activités pour Zoom Communication & Photographie. Une reprise des activités, notamment avec la dernière mouture du site Internet de Voir à l’Est et du dépliant de Les Flaneurs, mis à jour par Nadia. Après quelques jours, donc, à se la couler douce en ma terre de paradis (Gaspésie je t’aime), je retrouve avec sérénité mon Bas-Saint-Laurent à moi, ses ciels de feu et son fleuve aux grandes eaux. Le blogue se réveille doucement et devrait profiter, d’ici quelques jours, de mises à jour mineures. Et c’est sans compter sur l’ajout de matériel photographique (encore!). Pour info, la photo de « une » a été prise au simple iPhone 4 sur la plage de Coin-du-Banc, face à notre petit chalet. C’est aussi surtout ça, les vacances. 😉
Lire plus
C’est l’été! Et même si le thermomètre affiche le contraire, c’est le retour de la saison chaude. Et qui dit été, dit vacances. L’équipe de Zoom Communication & Photographie ne fera pas exception et entend se la couler particulièrement douce d’ici la fin du mois de juillet… Et prendre le large! Parlant de vacances, ça s’applique aussi au matériel photographique. En vacances estivales, mieux vaut ne pas trop s’encombrer. Personnellement, j’emporte souvent deux lentilles et un reflex. L’idée est de passer du bon temps, pas jouer au Sherpa pour mon matériel photo. Cette année, j’ai privilégié le D800E, la Sigma 17-35f2.8-4 et la Nikkor 85f1.8 G. De son côté, Nadia sera équipée du Nikon 1 V1 et des lentilles 10f2.8 et 30-110. Honnêtement, le V1 sera plus souvent de la partie que le gros D800E. Et si le soleil se montre aussi avare de ses chauds rayons, n’hésitez pas à vous rabattre sur les grandes villes. Les paysages urbains, tout comme les intérieurs des grands édifices sont bien souvent une alternative intéressante à nos lacs, rivières et fleuve sous la pluie. N’hésitez pas à isoler un détail qui aura attiré votre oeil.
Lire plus
Lundi, fête nationale du Québec. De retour de Gaspésie (Sainte-Flavie), la petite famille et moi relaxions à Kamouraska, quand un drôle d’oiseau a attiré notre attention. Du kitesurfing à Kamouraska. Entre ciel et mer. Le Nikon 1 V1 et la Nikkor 30-110 ont été mis à contribution. Ça m’a rappelé ce que Jean Soucy a écrit à la suite d’une de ses photos publiées sur sa page Facebook : « Parfois, suffit juste d’être au bon endroit au bon moment, mais….faut toujours avoir une caméra sous la main. J’ai appris (copié) ça de mon bon ami François Drouin dont je ne me rappelle pas l’avoir vu une seule fois sans sa caméra sous le bras. » Un spectacle, entre ciel et mer, qui n’a pas échappé à l’oeil de Marianne qui a bien regretté ne pas avoir apporté son petit Fuji. [Nikon 1 V1 + Nikkor 30-110, ISO 100, 30mm, f8, 1/320s, main levée] Ce n’est certainement pas ici que je vais le contredire. Que ce soit le D800E, le D7100, le Nikon 1 V1 ou même plus simplement mon iPhone, j’ai toujours un appareil photo à portée de main. Toujours. Si j’insiste pour dire que l’une des grandes qualités […]
Lire plus
Lundi de paperasserie, lundi de bureau, coincé, enfermé. Dehors, pour la première fois depuis longtemps, Galarneau plombe. La course folle des aiguilles de ma montre m’indique que mon temps part en vrille. Tic-tac, tic-tac… Vite, sortir avant de me dessécher comme une vieille sardine. [Nikon D800E + Sigma 35f1,4 ART, ISO 400, 35mm, f3,5, 1/60s, main levée] Mon antidote, toujours le même, mon fleuve. Son eau, ses rives, ses ciels, ses mille et une couleurs. Il m’attend. [Nikon D800E + Sigma 35f1,4, ISO 100, 35mm, f6,3, 1/160s, main levée] Un ami (l’ami Jean), des voiliers, une promenade et un quai. La pointe et le secteur du quai de Rivière-du-Loup sont de véritables havres de ressourcement après une journée de bureau. C’est presque le septième ciel. Ah, non en fait, c’est bien le septième ciel, là, à droite. [Nikon D800E + Sigma 35f1,4, ISO 400, 35mm, f3,5, 1/80s, main levée] Encore une fois, cette Sigma 35f1,4 est un plaisir à utiliser. Et 35mm, c’est tellement mon oeil, ma focale. Pour le reste, il y a mes jambes. Photographies prises le lundi 10 juin 2013. Prendre le temps…
Lire plus
Notre Nikon D800E vient finalement de trouver chaussure à son pied. En fait de soulier, comprenez plutôt une lentille Sigma 35f1.4 Art. Une superbe lentille exploitant le plein potentiel du capteur haute résolution du boitier Nikon. Un match parfait. Un premier essai pour cette lentille série ART de Sigma. Le sujet s’y prêtait bien. [Nikon D800E + Sigma 35f1.4 ART, ISO 640, 35mm, f1.4, 1/120] Prise en main agréable, finition soignée, la lentille a tout pour séduire. Certains ont critiqué son poids, mais honnêtement, sur un boitier full frame auquel elle est destinée (je reviendrai plus loin sur l’APS-C), elle balance plutôt bien l’ensemble. Son autofocus HSM fait preuve de précision et d’un silence absolu. Question rapidité, si l’on tient compte qu’il s’agit de f1.4, elle est plutôt rapide. [Nikon D800E + Sigma 35f1.4 ART, ISO 100, 35mm, f1,4, 1/800s, main levée] Malheureusement, dame nature s’est montrée peu collaboratrice et les belles lumières se sont faites aussi rares que les chauds rayons du soleil. Au moins, les nuages ont agi comme des diffuseurs, la lumière étant douce et diffuse. Malgré la dimension réduite des photographies, on remarque assez facilement que même si l’obturateur est fermé d’un cran, à f1.8, la […]
Lire plus