San Francisco, ville de 843 150 habitants, est située au nord de la Californie, entre l’océan Pacifique à l’ouest et la baie de San Francisco à l’est. Elle est la City by the Bay. En voici un survol rapide, d’autres billets présenteront certains quartiers et attraits) plus en détail (Chinatown, Alcatraz, Golden Gates Bridge, etc…). San Francisco, ville du monde (vous pouvez cliquer sur la vignette ci-bas, remarquez l’architecture variée et typique de la ville). La ville fondée en 1776 par les Espagnols assume totalement sa fierté d’être différente des autres villes américaines. San Francisco est une ville en avance sur le reste du pays, que ce soit du côté technologique, environnemental que nutritionnel (ici le burger se paie au prix d’une taxe santé), par sa tolérance sur les différences sexuelles (LGBT) ou ethniques. San Francisco est résolument une ville ouverte sur le monde. Si l’on y retrouve quelques gratte-ciels, dont le plus marquant est sans doute la tour-pyramide Transamerica (voir plus bas), l’architecture de la ville se démarque plutôt par ses maisons victoriennes, des constructions à tailles humaines – dans des rues dont le dénivelé vous façonnera des mollets d’acier – et par la présence de nombreux parcs. De […]
Lire plus
Le 30 mai 2015, je suis débarqué à San Francisco comme on déboule un escalier. Cul par dessus tête et un brin décontenancé. Contrairement à Barcelone, je ne m’étais pas préparé, ou si peu. Au premier coup d’oeil, la ville ne m’a pas ébloui. Oubliez le charme de Paris, le romantisme de Rome, encore moins la folie de Barcelone. Quant aux vertigineuses hauteurs de New York City… passons. Après un vol de plus de six heures, il était près de 23 h 30 quand le bus nous a recraché dans Fisherman’s Wharf. Un calme plat, un calme à faire peur. Le rêve américain s’est brisé sur des étoles qu’on vidait pour la nuit. Les restaurants aux terrasses édentées de leurs clients avaient mine grise, tout comme les rues désertes, où seul le grésillement des lampes au mercure et des néons accompagnaient nos pas nonchalants. Notre marche s’est poursuivie. À notre écho d’espérance, seules les otaries ont répondu, brisant le silence de la nuit d’un rechignement sourd. Après la frénésie de la capitale catalane, San Francisco serait peut-être celle de la grande tranquillité. Sous le couvert d’une brumeuse nuit dominicale, la belle Californienne nous réservait peut-être quelques jarretières sous le jupon. Oh que […]
Lire plus