Qui ne connait pas Flipper le dauphin ? Flipper, un grand dauphin, héros du petit écran dans les années soixante (et en reprise dans les années soixante-dix) était en réalité une dauphine, eh oui ! Flipper s’appelait en fait Kathy (mais aussi Susie, Patty, Scotty et Squirt, les autres interprètes du héros delphinidae). Bref, voici mon Flipper. Un grand dauphin, que l’on appelle communément dauphin à gros nez (Wikipédia). Vous noterez que question nez, ou pif, Cyrano de Bergerac n’a qu’à bien se tenir. Un nez qui, regardez bien, pousse ! Voilà, vous avez compris (comment, depuis la première photo? Zoom a la crème des lecteurs !). Bref, cette sculpture en est une de glace et s’est sculptée à la verticale. Un petit glaçon, à peine moins gros que mon petit doigt, pendu au bout de la corniche de notre entrée et qui a attiré mon attention. Plouc sur la tête. Je me suis étiré, sur la pointe des pieds. « Hé, on dirait un dauphin! » Clic. Je tiens à préciser que je ne consomme aucune drogue, au cas où… De la première à la dernière photographie, environ cinq minutes se sont écoulées. C’est ainsi que j’ai rompu mon syndrome […]
Lire plus
Comme pour cette petite abeille d’octobre, c’est le retour au travail aujourd’hui pour Zoom Communication & Photographie. Mais pour elles, et plus particulièrement pour cette petite-là, il s’agit des derniers moments de sortie de l’année. Les derniers pollens. Engourdie malgré le chaud rayon de soleil balayant la cour arrière, cette jeune abeille lentement, mais surement s’est acquittée de sa tâche. Alors que le nid (ou la ruche) glisse vers une longue hibernation que le jour n’est plus que l’ombre de la nuit, elle travaille encore. Je l’ai suivi un moment. Un moment d’éternité, fragile, soudainement balayé par un vent froid d’automne. Elle s’est envolée, rejoindre son nid, rejoindre la grappe où avec les siennes, elle passera l’hiver. Cet été, je n’étais pas entiché par cette plante qui se refusait de fleurir. Maintenant, je sais. C’est pour les abeilles d’automne. Vous ai-je écrit combien j’aime cette fleur? * Toutes les photos ont été prises au Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 1600, f9, 1/250s, main levée
Lire plus
J’aime les photos abstraites. Les plus réguliers de ce blogue le savent bien. J’aime jouer avec les formes et les couleurs. Mais paradoxalement, je n’avais jamais tenté de photographier des volutes de fumée. C’est maintenant chose faite avec cette première expérimentation. Je vous présente mes premières résultats, obtenus lors de deux séances photos. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160s, trépied et déclencheur La fumée, je connais, mes sinus aussi. Ma présence répétée à près d’une centaine d’incendies dont une vingtaine que je considère comme majeurs, et frôlant parfois l’apocalypse m’a complètement bousillé les sinus, des dommages permanents. Les risques du métier. J’ai donc photographié, immortalisé et respiré beaucoup de fumée. Mais de la fumée qui ne provient pas d’un incendie, jamais. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160, trépied et déclencheur Le matériel est tout simple. Une pièce où vous pourrez contrôler toute la lumière, un appareil photo, de type reflex ou mirorless, un fond noir, de l’encens, un flash et une petite lampe torche ou frontale. C’est ensuite que votre compréhension de la lumière entre en jeu. Positionner votre flash de face viendra éclairer votre arrière-plan, c’est donc une mauvaise idée. Vous le […]
Lire plus
On croit, à tort, que les chenilles naissent au printemps et se métamorphosent rapidement en papillon durant l’été. En fait, pour nombre d’entre elles, cette transformation de la larve à la chenille puis à la chrysalide et finalement jusqu’à la première envolée du papillon, il s’écoulera une année! Il n’est donc pas rare de trouver à ce temps-ci de l’année de belles et dodues chenilles. L’automne approche et elles devront se fixer et former leur cocon avant l’arrivée des premières neiges. D’ici là, c’est le dernier sprint dans une course effrénée à la nourriture. Et c’est pendant la saison froide, lentement mais surement, qu’elles effectueront leur transformation. Rivière-du-Loup, 3 septembre, 17 h 30. [Nikon D800E +Nikkor 105f2.8 VR, ISO 800, f6,3, 1/200s, main levée] De ces chrysalides émergeront des papillons, qui pondront dès le printemps venu des larves de chenilles sur les jeunes feuilles et plantes. Ainsi va le cycle de la vie dans le monde des chenilles. L’automne s’annonce donc une belle saison pour les amateurs de photo macro et de chenilles. Elles sont présentes, bien visibles à s’empiffrer. Dans le cas présenté ici, une chenille sur une marguerite, elle fut déposée là par une petite fée de huit […]
Lire plus
Le monde de l’infiniment petit est fascinant. Déjà, tout petit, je passais des heures l’oeil collé au microscope à contempler une simple pelure d’oignon. Aujourd’hui, l’objectif macro remplace le microscope. J’ai eu mon premier objectif macro – 100 f2.8 – à l’époque où j’étais chez les rouges (Canon 30D et 40D). À mon passage chez Nikon, c’est la Sigma 105 f2.8 qui a retenu mon attention avec un rapport qualité prix incroyable. Une fleur de glace, de la grosseur d’une pointe de stylo bille, février 2013. [Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 800, f16, 1/60s, trépied] Lors de mon passage au D800E, j’ai effectué l’inventaire de mes lentilles et de l’utilisation que j’en faisais. La Sigma 105 était mon objectif le moins utilisé. Pas à mon goût pour le portrait, et une utilisation rarissime en macro alors qu’il s’était avéré particulièrement efficace. Je l’ai donc vendu à rabais. Avec le passage au plein format, qui plus est de 36 mpx, ma vision de photographe s’est affinée. J’ai lentement délaissé la photo plus sportive – d’ailleurs j’ai vendu la 80-200 f2.8 vendredi dernier – pour un type de photographie plus posé, plus réfléchi, ce qui m’a ramené tout droit à la macro. Un […]
Lire plus
Le polarisant est utilisé de facto lorsqu’il s’agit de photographier les liquides. Mais on peut aussi jouer avec les reflets. Une partie de la relève de Zoom Communication & Photographie étant aux prises avec une otite aiguë – ouille oui – le D800E n’a pas dépassé l’îlot de la cuisine. Et encore, le temps d’un café. J’ai donc choisi de jouer avec ma tasse de café et d’exploiter le reflet de la lampe qui s’y reflétait (voir photo ci-haut). À quoi ça sert les grandes ouvertures? À faire des fonds flous et détacher son sujet. Aussi banal soit-il. Jupiter dans une bulle Un peu de macro dans un café et voilà Jupiter dans une bulle de mousse de café. [Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 200, f4,8, 1/100, main levée] La bulle au centre a attiré mon attention. Malheureusement, même avec la 105 macro, il m’a été impossible de cadrer aussi serré que souhaité. Il s’agit donc d’un crop important de la photo originale. Le temps de permettre aux antibiotiques de faire leur oeuvre, Zoom Communication & Photographie aura repris son entrain d’ici un jour ou deux. *La photo de Une n’est pas le fruit d’un photoshopage. La mise au point […]
Lire plus
Jeudi dernier, alors que je discutais avec une amie tout en sirotant un moka-expresso chez Van Houtte, mon attention s’est portée sur une lampe extérieure du café. Une lampe rouge. En fait, c’est l’ampoule fluocompacte qui est de couleur rouge. Ce qui m’a attiré, ce n’est pas tant le rouge, que les petites bulles emprisonnées dans le verre de la cloche. Un motif, une texture. [D800E + 105f2.8 VR, ISO 400, f6,3, 1/160s, main levée] J’ai repensé à ma mère qui m’a envoyé une photographie la semaine dernière, le vitrail des armoiries Drouin. Je lui ai promis de refaire la photo. Tout ça se mélange, le vitrail, la texture, la transparence, la lumière. [D800E + 105f2.8 VR, ISO 100, f14, 0,5s, trépied] Trépieds, lampe de poche (encore, je sais) et un appareil photo. Tout compact doté d’une fonction macro est suffisant. [D800E + 105f2.8 VR, ISO 400 f5, 1/100s, main levée] Une idée de ce qui m’a servi de matière première? [D800E + 105f2.8 VR, ISO 100, f14, 1/15s, trépied] C’est tout simple… Le fond rouge et la teinte plus verte de la feuille ont été obtenus en balayant un bâton lumineux rouge derrière la feuille. Voilà pourquoi j’ai fermé […]
Lire plus
La photo est pour moi signe d’expérimentation. J’aime jouer avec la lumière. Pour être franc, moins il y en a, plus le plaisir à relever le défi est grand. Si certains ne jurent, et ils sont légitimes de le faire, que par leurs flashs studio, j’ai un plaisir fou à jouer avec une simple lampe de poche de 1 lumen. Dimanche soir, après un weekend pas tranquille du tout sur le plan journalistique, je me suis mis à la recherche d’un sujet, disons moins froid et mobile. Une nature morte, et pourquoi pas les restants de la Saint-Valentin. Le light painting m’est revenu en mémoire. Il faut trouver le cadrage, puis le temps de pose pour que la lumière de la lampe de poche ne brûle pas les couleurs des fleurs. Je ne voulais pas non plus faire ressortir le feuillage. [Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 50, f6,3, 20s] Moins spectaculaire dans cette forme, la lumière est ici utilisée pour peindre de façon à modeler et faire ressortir le sujet, en l’occurrence, les fleurs. Tout le reste est secondaire. Conseils : Effectuez votre composition à la lumière, faites ensuite votre mise au point, puis, au besoin, vissez votre filtre […]
Lire plus
Papa, papa, je peux photographier moi aussi? Cette question, de nombreux enfants l’ont posée et la poseront encore. La passion qui anime l’adulte est contagieuse, surtout pour ces petites frimousses curieuses. Mais photographier n’est pas l’apanage des plus grands. D’ailleurs, de nombreux photographes ont collé leur oeil à un viseur dès la tendre enfance.
Lire plus