Les Perséides sont souvent confondues avec une pluie d’astéroïdes. Mais dans les faits, ces « étoiles filantes » sont des poussières laissées lors du passage de la comète Swift-Tuttle. Des poussières de comète, une poésie stellaire. La Voie lactée, deux filés, L’Isle-Verte. [Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8-4 DG EX, ISO 3 200, f2.8, 30sec, appareil posé sur le toit de la voiture] Lundi soir, avec l’ami Patric Nadeau, un jeune photographe bourré de talent, nous nous sommes lancés à la recherche d’un site où la pollution lumineuse serait à son minimum. Encore une fois, c’est L’Isle-Verte qui s’est montrée accueillante. L’Île-Verte vue de L’Isle-Verte. [Nikon D800E + Sigma 17-35f2.8 DG EX, ISO 4 000, f2.8, 25 sec, trépied] La première photo, sauf erreur, a été prise sur une terre de la ferme Benovan. Malheureusement, la majorité des Perséides étaient observables vers le nord. Après quelques essais, le ciel est demeuré vierge de tout filé. Le site de l’héliport s’est alors avéré plus fructueux, malgré la présence de nuages et de brouillard (!) qui ont mis fin à la sortie photo. À 2 h du matin… Les Perséides étaient bien là, mais rarement où l’on cadrait. N’empêche, ce fut un bon […]
Lire plus