Le doute, l’hésitation et le manque d’inspiration comptent parmi les pires ennemis du photographe. Le doute tue l’instant magique. L’hésitation annihile toute préparation. Et le manque d’inspiration paralyse le photographe. Personnellement, j’ai trouvé une parade. Un carnet Moleskine dans lequel je note mes idées, mes projets, les lieux et sujets dignes d’intérêt. Une journée en panne d’inspiration, j’ouvre mon carnet. D’autres s’en remettent à dieu. Je préfère ma méthode, n’en déplaise au grand manitou. Le défi était de bien exposer la scène tout en occultant le presbytère situé à l’arrière. Église St-François, Rivière-du-Loup, 29 janvier 2013 [D800E + 28-300VR, ISO 3200, 105mm, 1/15, f6,3 Première photo : ISO 3200, 300mm, 1/15, f6,3] Hésiter c’est trébucher, c’est s’empêtrer dans des considérations qui sont souvent alimentées par la peur, celle de ne pas réussir la photo que l’on voudrait faire. La peur de ne pas être à la hauteur des espérances du client – ou de son mentor – et pire encore, des siennes. Trop souvent, j’ai vu des photographes hésiter et douter. Le moment magique s’estompe et c’est la course pour rattraper une image au vol, quitte à la prendre avec son smartphone. Pourquoi prendre le temps de faire une mauvaise photo quand tout […]
Lire plus