D’un point de vue météorologique, dans notre hémisphère nord, l’été se termine le 31 août. Dans nos têtes, l’été c’est tant qu’il fait beau, que les feuilles des arbres sont verdoyantes et que la température nous dore le corps sous les chauds rayons du soleil. Officiellement, nous sommes l’automne. Dites-le à ma tête.
Lire plus
Je ne suis pas un adepte de la vidéo et des timelapse. J’aime l’image lorsqu’elle est fixe. Figer une fraction de l’éphémère en éternité. Suspendre le temps. Cliquez pour agrandir les images Pour suspendre le temps, il faut parfois plusieurs secondes, voire même quelques minutes. Il m’arrive que cette fraction d’éphémère comme c’est le cas ici avec ces quatre photographies ait nécessité 30 secondes de pose à chaque prise de vue.
Lire plus
Avec Winter Harbor, je vous ai présenté la fin d’un périple de cinq jours en terre étasunienne. Dans les prochains jours, à l’occasion de quelques billets, vous aurez un aperçu plus chronologique de ce court voyage. Un périple axé sur le plein air et non la photographie, ce qui ne m’a pas empêché de prendre quelques photos, évidemment. Ici, le Margaret Todd. Le voilier, ouvert au public, est un quatre-mâts de 151 pieds et est ancré en saison estivale à Bar Harbor. Il porte le nom de la grand-mère du capitaine – aussi le concepteur et le designer – du navire, Captain Steven Pagels. (Cliquez pour agrandir)Le Margaret Todd à Bar Harbor. [NikonD800E, ISO 100, f8, main levée] Le bois notamment des mats et des gaffes sont faits de sapin de Bar Harbor. Presque toutes les boiseries ont été faites sur mesure à Southwest Harbor. Le navire a été lancé sur les mers en Floride en 1998.
Lire plus
Mardi après-midi, après une matinée complètement folle chez Info Dimanche (le journalisme n’est pas un métier de pantouflard), j’ai eu besoin de me ressourcer, histoire de décrocher. Une semaine qui journalistiquement parlant – forte et riche en belles émotions – se terminait. Quoi de mieux que d’aller photographier en boisé… et pourquoi pas avec une amie!?  – Marie-Claude, drette là, as-tu du temps? [Cliquez pour agrandir les photos] Nous voilà donc au parc des Chutes. Un retour pour moi. Marie-Claude, y est où ton kodak? Marie-Claude, y est où ton trépied? Marie-Claude… Les couleurs du ciel s’estompent rapidement. Le temps nous manque. Tant pis, la jasette compense pour les couleurs. Pour le reste, il faut savoir s’adapter. Je fais un cadrage à l’aveugle (un filtre ND 400 est vissé sur l’objectif), le temps s’écoule vraiment rapidement, je ne veux pas perdre la couleur dans le nuage. Marie-Claude et moi avons repéré un secteur dégagé,  nous nous y installons. Sept minutes plus tard, j’obtiens l’effet souhaité du point de vue des couleurs, mais un un temps de pose plus long aurait été préférable. Encore une fois, on le voit, l’après-midi était déjà bien avancé. De jour, les résultats sont bien différents, les […]
Lire plus
J’aime les paysages d’ambiance. Mais en photographier un lorsque le ciel est nuageux et surtout sans contraste, est ordinairement aussi peu inspirant que propice à ce type de photo. Mais avec un brin d’acharnement, rien n’est impossible. Pour la première photo, j’ai souhaité donner un cachet ancien, mais aussi apporter une touche dramatique au paysage. Au moment de la prise de vue, j’avais une teinte sépia (à l’ancienne) en tête. Lightroom m’a donné raison. La seule modification est l’apport d’un brin de luminosité et une accentuation à l’export de la photo. Pour la deuxième photo, je ne sais pas à quoi est dû ce halo aussi lumineux que décentré. Aucun effet de vignettage n’a été ajouté. Après quelques minutes sur place, j’ai remarqué une luminosité plus forte à ma gauche, sur la glace (notez que sur la première photo il est plutôt à droite). J’ai eu la bonne idée de visser un filtre à densité gris-neutre en espérant souligner l’effet. Je ne croyais pas si bien faire. De ces trois photos, seule la première a été modifiée au niveau de la colorimétrie. La teinte bleue de la seconde est due à l’utilisation d’un filtre gris. Maintenant vous le savez, la […]
Lire plus
Lundi, je vous ai parlé de la réserve de Parke. L’endroit m’intriguait. Par un ami, je savais l’endroit riche de par sa flore et sa faune. À ma première visite, un couple de méseangeai du Canada, un oiseau que j’observais pour la première fois. Malheureusement, le couple D7100 et Sigma 120-400 ne m’a pas permis d’en photographier. Mais quelques jours plus tard, avec un nikkor 28-300 VR dans la besace, la réserve allait se montrer bien généreuse. Rapidement, le 17-35 a été remplacé par la Nikkor 28-300 VR. Lac Marais, Nikon D800E + 28-300 VR, ISO 200, 300mm, f5,6. Le Mésangeai du Canada, que certains appellent geais gris de part son nom anglais (grey jay), est présent en grand nombre dans la réserve. Alors que j’ai écumé les terres du marais de Cacouna, celui de L’Isle-Verte, le parc du Bic, le parc Frontenac, les archipels Mingan, la Gaspésie, une partie du Maine, New-York (!) et le nord de Saint-Ludger-de-Minot (re-!!)… il manquait à ma culture. Surnommé la « Pie », d’aucuns diront que nous sommes fait pour aller ensemble. Par contre, le Mésangeai l’a mérité non pas parce qu’il jacasse beaucoup, mais pour sa capacité à vous chiper une partie […]
Lire plus
C’est avec un « malin » plaisir que toute l’équipe de Zoom Communication & Photographie vous souhaite un bon lundi. Enfin, presque toute l’équipe… » Glup! Dexter peut aller se rhabiller. Ah, mais ça, c’est mon coco! ♥ Nikon D800E + Nikkor 50f1.8 G F-S, ISO 200, f1,4, 1/400s, main levée Franchement, il me plait de plus en plus ce petit Nikkor 50f1.4 G. La lentille présente un bon piqué dès la pleine ouverture et un bokeh très doux, avec peu de déformation. Pour ce genre de photos d’ambiance, je le préfère au Sigma 35f1.4 ART. Je craignais qu’il fasse un peu doublon – pas le coco, mais l’objectif  – coincé entre la Sigma 35f1.4 et la Nikkor 85f1.8 G, mais non. Il a trouvé sa niche, son style. Sa mise au point rapprochée de 45 centimètres et sa grande ouverture de f1.4 en font une lentille versatile avec laquelle il est plaisant de jouer avec la très courte profondeur de champ. Quant à celles et ceux qui pourraient être inquiets des gros yeux de notre coco, sachez que c’est d’un naturel chez lui… Et depuis longtemps! Comme quoi, pour certains, c’est lundi tous les jours. Une farce plate de papi, […]
Lire plus
Le billet de mercredi, un sujet fumant, l’un des plus consultés de l’histoire du blogue, nous a valu quelques questions. Une plus que toute autre a attiré mon attention. « Oui, mais si je n’ai pas de flash, je fais quoi ? » La réponse semble facile, mais encore faut-il l’avoir expérimenté. Nikon D800E + 105f2,8 VR, ISO 1600, f6,3, 1/100s, trépied et déclencheur Regardez les exifs ci-haut. Que remarquez-vous comparé à ceux de mercredi? Ah, mais oui, il faut suivre quand même, allez, un petit effort. Les ISO sont passées de 100 à 1600 et parfois même 3200! Oui, voilà. Sans lumière, pas de photo. Mais grâce aux prouesses de nos capteurs, nous sommes à même de mieux l’exploiter. Nikon D800E + 105f2.8 VR, ISO 1600, f6,3, 1/100s À défaut de flash, je me suis donc tourné vers deux puissantes lampes dont je peux diriger le faisceau, deux lampes de mécanicien. Je les ai placées de chaque côté de mon bâton d’encens, de façon à bien modeler ma fumée, en prenant bien garde à ne pas éclairer directement le fond. Ici, une puissante lampe frontale a été ajoutée. Nikon D800E, ISO 1600… et un monstre  Mes deux torches étant […]
Lire plus
J’aime les photos abstraites. Les plus réguliers de ce blogue le savent bien. J’aime jouer avec les formes et les couleurs. Mais paradoxalement, je n’avais jamais tenté de photographier des volutes de fumée. C’est maintenant chose faite avec cette première expérimentation. Je vous présente mes premières résultats, obtenus lors de deux séances photos. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160s, trépied et déclencheur La fumée, je connais, mes sinus aussi. Ma présence répétée à près d’une centaine d’incendies dont une vingtaine que je considère comme majeurs, et frôlant parfois l’apocalypse m’a complètement bousillé les sinus, des dommages permanents. Les risques du métier. J’ai donc photographié, immortalisé et respiré beaucoup de fumée. Mais de la fumée qui ne provient pas d’un incendie, jamais. Nikon D800E + Nikkor 105f2.8 VR, ISO 200, f10, 1/160, trépied et déclencheur Le matériel est tout simple. Une pièce où vous pourrez contrôler toute la lumière, un appareil photo, de type reflex ou mirorless, un fond noir, de l’encens, un flash et une petite lampe torche ou frontale. C’est ensuite que votre compréhension de la lumière entre en jeu. Positionner votre flash de face viendra éclairer votre arrière-plan, c’est donc une mauvaise idée. Vous le […]
Lire plus
Avant l’heure bleue, il y a parfois des ciels de feu. La réputation des couchers de soleil de Rivière-du-Loup n’est plus à faire. Photo prise de la rue Fraser. Décidément, j’aime beaucoup ce petit Nikon 1 V1. Petit, léger, et ultra-performant. Bon lundi, et bonne photo d’automne!
Lire plus