Petite séance photo totalement improvisée avec le très joli, charmant et adorable filleul, le bien nommé Nathan! Décidément, cette année 2014 aura été riche en émotions. Mais il suffit de quelques secondes avec ce filleul tout neuf pour que le temps se fige, que les soucis et autres tracas s’estompent.
Lire plus
Ma photographie «Quand les mots ne suffisent pas» de l’incendie de L’Isle-Verte du 23 janvier 2014 a finalement remporté ex æquo le prix Antoine-Desilets remis par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) dans la catégorie «Nouvelle». Rappelons que 32 personnes ont péri dans le brasier ayant complètement ravagé la Résidence du Havre.
Lire plus
Alors que le gala de la FPJQ, animé par Jean-René Dufort bat son plein, on m’informe que ma photo « Intimidation » servant à illustrer la UNE d’Info Dimanche remporte un troisième prix dans la catégorie «Reportage» au Grands Prix des hebdos 2014. Une photo prise en quelques minutes, histoire d’illustrer un dossier portant justement sur l’intimidation. La modèle Justine Daris, est la fille d’une grande amie, Monique Dionne. La difficulté était de faire apparaître l’image du iPhone 4 sans avoir recours à la retouche. En plus de la lumière extérieure, une softbox avec flash cobra a été utilisée.
Lire plus
Finaliste au concours photographique Antoine-Desilets dans la catégorie « Nouvelles », je dois l’avouer, c’est quelque chose qui me touche, même si la photo présentée n’est pas celle souhaitée. Ce n’est pas le genre de photographie que je vous présente dans cadre de ma production pour Zoom Communication & Photographie, mais elle est certainement celle qui a le plus voyagé. Elle s’inscrit dans un reportage marquant. Une nuit d’horreur, une tragédie, qui a laissé sa marque… jusque dans mon âme.
Lire plus
La Barceloneta ! Coup de foudre le matin, le midi et le soir. La Barceloneta, c’est le quartier de Barcelone donnant sur la plage. Sa création remonte à celui du très beau Parc de la Ciutadella, dont la fontaine a reçu l’apport d’un tout jeune architecte du nom d’Antonio Gaudi. Cliquez pour agrandir La Barceloneta est avant tout un quartier de pêcheurs et de marins et qui a subi de profondes transformations avec le temps, mais dont l’âme ne se cache pas bien loin derrière les restaurants à touristes. Cliquez pour agrandir Marcher ses rues tôt le matin, voir le soleil littéralement s’extirper de la mer Méditerranée, y observer un pêcheur préparer ses agrès… S’y baigner en après-midi alors que les quatre kilomètres de plage sont pris d’assaut par les touristes et les Barcelonais, et y regarder, en soirée, un verre de vin à la main, les dernières lueurs du jour, priceless. Cliquez pour agrandir L’hôtel W  Le quartier olympique (1992) y a aussi posé ses pénates. En plus de la plage, on y retrouve l’aquarium, le casino, d’innombrables restaurants et bars, le téléphérique qui relie le port à Montjuic (frissons garantis), et le musée d’histoire Catalan. Cliquez pour agrandir les […]
Lire plus
Montjuïc culmine à 184,8 mètres, rien d’impressionnant direz-vous… et pourtant ! Déjà, les Romains y avaient érigé un temple dédié à Jupiter, roi des dieux, dieu du ciel. Cliquez sur les photos pour agrandir La montagne colline abrite aujourd’hui le château de Montjuiïc (voir les deux photos précédentes), le Jardin botanique, la Fondation Miro, le stade olympique (athlétisme) le palais Sant Jordi (gymnastique, converti en salle de concerts) et le très impressionnant Musée national d’art de Catalogne (MNAC). Pour gagner Montjuïc (son sommet), le plus agréable est certainement de prendre le téléphérique. Plaisir garanti et la vue mérite à elle-seule le prix du billet (7€ par personne quand même). Barcelone possède l’un des plus importants ports méditerranéens. L’activité y foisonne jour et nuit. Montjuïc en offre une vue spectaculaire et panoramique. Cliquez sur les photos pour agrandir La descente de Montjuïc vers le Jardin botanique et le stade olympique est longue et mieux vaut emprunter les raccourcis disponibles. N’hésitez pas à passer par les Jardins de Laribal, bien mieux qu’une simple route asphaltée et pas plus long. Et puis, on y marche à l’ombre en longeant plusieurs cascades. On rejoint ainsi le Stade olympique. Le stade était prêt dès 1929, mais l’histoire a […]
Lire plus
Le Cadillac Moutain est le point culminant de l’île Mount Desert Island (l’île des Monts Déserts). La montagne, haute de ses 1 530 pieds (466 mètres tient son nom d’Antoine de Lamothe-Cadillac, un aventurier et explorateur français. Il y a plusieurs façon d’accéder au sommet, le plus facile étant via une belle route asphaltée. Plusieurs sentiers sont accessibles du sommet d’où la vue est tout simplement superbement panoramique. Après l’entrée du Acadia National Park, 10$ d’admission pour un véhicule et peu importe le nombre de passager, valide 7 jours. C’est l’ascension du Mont. La Sigma 17-35 alternera avec la Nikkor 28-300. La vue y est à couper le souffle. La difficulté est de l’illustrer. Moment fort… comme les vents. Comme un baiser. Point de vue photo, j’aurais gagné à inclure plus de végétation lichen et Cie et à m’abaisser un peu plus au sol. Mais l’heure était à la randonnée plus qu’à la photographie. Sand Beach. Après les hauteurs, la plage. Et quelle plage. Les vagues déferlent sur le sable aussi fin que blanc. Incroyable, un goéland arrache carrément une barre de chocolat des mains de Nadia. Exténués, nous reprenons la route, Park Loop. Destination Southwest Harbor avec un trop […]
Lire plus
Alors que l’hiver insiste et s’éternise, que le D800E s’offre une deuxième visite au SAV Nikon en autant de semaines, le besoin de s’évader se fait sentir. Pourquoi pas un petit retour au printemps 2013, au Maine. Welcome to USA. Winter Harbor, une journée aussi froide que pluvieuse, mais des paysages magiques. Deux cadrages différents, je laisse Annie trancher, l’eau ou la brume ? De face ou de côté ? (Cliquez pour agrandir)[Nikon D800E + Nikkor 28-300VR, 300mm, ISO 1000, f8, 1/250s, main levée] Pour ceux (et celles) qui se demandent pourquoi faire un Nikkor 28-300 VR sur un boitier aussi qualitatif que le D800E, voilà ma réponse. Le 28-300 c’est le couteau suisse du voyageur. Plus encore lorsqu’il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors (contrairement au photographe). Le phare, vu à 50mm.   >> La Magie de Winter Harbor (2e partie) est ICI  http://www.zoomcommunication.net/la-magie-de-winter-harbor-2e-partie/ >> La Magie de Winter Harbor (3e partie) est ICI http://www.zoomcommunication.net/la-magie-de-winter-harbor-3e-partie/
Lire plus
Mardi après-midi, après une matinée complètement folle chez Info Dimanche (le journalisme n’est pas un métier de pantouflard), j’ai eu besoin de me ressourcer, histoire de décrocher. Une semaine qui journalistiquement parlant – forte et riche en belles émotions – se terminait. Quoi de mieux que d’aller photographier en boisé… et pourquoi pas avec une amie!?  – Marie-Claude, drette là, as-tu du temps? [Cliquez pour agrandir les photos] Nous voilà donc au parc des Chutes. Un retour pour moi. Marie-Claude, y est où ton kodak? Marie-Claude, y est où ton trépied? Marie-Claude… Les couleurs du ciel s’estompent rapidement. Le temps nous manque. Tant pis, la jasette compense pour les couleurs. Pour le reste, il faut savoir s’adapter. Je fais un cadrage à l’aveugle (un filtre ND 400 est vissé sur l’objectif), le temps s’écoule vraiment rapidement, je ne veux pas perdre la couleur dans le nuage. Marie-Claude et moi avons repéré un secteur dégagé,  nous nous y installons. Sept minutes plus tard, j’obtiens l’effet souhaité du point de vue des couleurs, mais un un temps de pose plus long aurait été préférable. Encore une fois, on le voit, l’après-midi était déjà bien avancé. De jour, les résultats sont bien différents, les […]
Lire plus
Qui ne connait pas Flipper le dauphin ? Flipper, un grand dauphin, héros du petit écran dans les années soixante (et en reprise dans les années soixante-dix) était en réalité une dauphine, eh oui ! Flipper s’appelait en fait Kathy (mais aussi Susie, Patty, Scotty et Squirt, les autres interprètes du héros delphinidae). Bref, voici mon Flipper. Un grand dauphin, que l’on appelle communément dauphin à gros nez (Wikipédia). Vous noterez que question nez, ou pif, Cyrano de Bergerac n’a qu’à bien se tenir. Un nez qui, regardez bien, pousse ! Voilà, vous avez compris (comment, depuis la première photo? Zoom a la crème des lecteurs !). Bref, cette sculpture en est une de glace et s’est sculptée à la verticale. Un petit glaçon, à peine moins gros que mon petit doigt, pendu au bout de la corniche de notre entrée et qui a attiré mon attention. Plouc sur la tête. Je me suis étiré, sur la pointe des pieds. « Hé, on dirait un dauphin! » Clic. Je tiens à préciser que je ne consomme aucune drogue, au cas où… De la première à la dernière photographie, environ cinq minutes se sont écoulées. C’est ainsi que j’ai rompu mon syndrome […]
Lire plus